top of page
Rechercher

Comment et pourquoi réussir sa pré-saison!

Dernière mise à jour : 18 mai 2021

L’étape de la présaison est une période déterminante en ce qui concerne les performances de la saison à venir.

En effet, durant cette phase, l’objectif est de devenir un meilleur athlète, un athlète plus robuste et donc un meilleur joueur, capable d’augmenter ses performances et de les faire perdurer tout au long de la saison qui va suivre.



Cette période, de par l’absence de matchs et de son éloignement des compétitions va permettre à chaque joueur de pouvoir mettre en place, une planification en rapport avec :

  • Les besoins individuels : corriger les points faibles, renforcer les points forts


  • Les besoins de la compétition avec les qualités permettant d’être performant pendant un match et ce, tout au long de la saison, que ce soit sur les plans physiques mais aussi et bien sur le plan technico-tactique.


  • Les besoins de l’équipe : style de jeu, philosophie d’entrainement, composition de l’effectif.

Le fait d’avoir un temps plus considérable que pendant la saison va permettre de mettre en place des stratégies, des processus et donc une planification adaptée à l’atteinte de tous ces objectifs.






Mais concrètement comment faire ?


Dans un premier temps il est important d’identifier deux facteurs, la durée de la pré saison et les objectifs à atteindre (individuels et collectifs).


Ces deux facteurs ne peuvent aller l’un sans l’autre car pour progresser on a besoin d’atteindre les objectifs fixés mais pour les atteindre il va nous falloir une temporalité (suffisante et définie).


La durée de la présaison va donc conditionner la mise en place d’objectifs et leur priorisation afin d’optimiser le processus de développement, le fil rouge de la période.


Une fois ces deux paramètres identifiés et mis en relation, on va pouvoir s'attacher à thématiser et à transférer le travail en terme de performance sur le terrain, à savoir (selon la philosophie Rugbyconditioning):

  • Devenir plus puissant (plaquer dur et être dur à plaquer)

  • Devenir plus rapide, plus explosif et plus imprévisible

  • Devenir capable d’enchainer les taches requises pendant 80 minutes (ou plus)

  • Faire perdurer la justesse technique

  • Faire perdurer les choix tactiques

  • Toujours montrer que l’on est en mesure de prendre l’ascendant

  • Devenir plus résistant face aux blessures


Afin d'atteindre ces objectifs (personnels et collectifs), il est essentiel de diviser la pré saison en 3 phases:


Phase 1:


Une phase à la fois de reprise et d'accumulation des volumes de travail.

Cette période va être propice à un renforcement global du corps afin de lui permettre de tolérer les efforts à venir, d'augmenter la capacité de travail, de travailler la maitrise des fondamentaux techniques (autant dans la partie physique que dans la partie rugby).

On remet le corps dans la spécificité du joueur de rugby en terme de mouvement, de motricité et d'habiletés.

Ici, on ne parle quasiment pas d'intensité de travail mais de qualité de mouvement et d'augmentation progressive des volumes.


On construit les bases pour la suite.


Phase 2:


C'est la phase qui doit permettre au joueur de se développer (en tout point).

Les charges d'entrainement vont augmenter, toujours par le volume mais aussi et surtout par l'intensité. Les organismes sont normalement prêts à encaisser cette augmentation de l'intensité.

Dans la salle de musculation, c'est le moment ou l'on va développer sa force et sa puissance.

Sur le terrain, c'est le moment ou l'on va augmenter les vitesses de déplacements, les changements de direction et densifier les exercices.

Au niveau rugby, c'est le moment ou la densité du travail et la pression temporelle sur le terrain vont être favorisées.


Une fois que ces intensités vont pouvoir être soutenues et validées (physiquement et techniquement), on va pouvoir les répéter, augmenter leur volume de pratique; dans le but d'atteindre les demandes de la compétition et même de les dépasser.


Pourquoi les dépasser?

Tout simplement par le fait que si l'on s'entraine plus fort et plus dur qu'un match, ce dernier paraitra plus facile et on augmentera les chances d'y être plus aisé sur tous les paramètres permettant la performance.

De plus, si le corps atteint une référence plus haute, il sera mieux habitué à performer en terme de qualité, de sécurité et de durée.





Ainsi le plan physique est développé, mais aussi le plan psychologique. En effet, faire en sorte que les efforts soient validés en terme de quantité et de qualité va permettre aux joueurs de les ressentir avec moins de difficulté, plus d'aisance et surement plus de succès.

Le référentiel sera donc atteint de manière progressive mais ne devra pas se limiter aux demandes d'un simple match afin d'éviter aux organismes d'être "surpris" en cours de saison et donc dépassés.


Cette phase doit poser les bases de difficultés physiques mais aussi mentales afin que les joueurs puissent les absorber de manière globale et pour l'année à venir.


Phase 3:


Ce moment est un moment charnière entre la continuité du développement et l'optimisation de la performance en vue des matchs qui se rapprochent à grand pas.


Les volumes vont baisser de manière à ne pas créer de fatigue inutile mais tout en restant dans une logique de référence au dessus de ce qui va pouvoir se passer dans la saison (on ne joue pas encore).

L'intensité quant à elle, ne doit pas baisser:

En salle, on augmente les vitesses de déplacements, on renforce le travail de puissance (au sens large).

Sur le terrain, on garde toute cette intensité afin d'être performant dans des situations à forte pression où les vitesses (déplacement - exécution - prise de décision) seront le facteur X.


Plus la date du premier match se rapprochera et plus on adaptera les charges pour atteindre le consensus "Qualité - fraicheur - confiance"


Semaine du premier match:


On y est! On est normalement plus fort, plus résistant; un meilleur joueur dans une meilleure équipe alors il n'y a plus qu'à continuer le job!




Quelques conseils:


  • Quelque soit le moment, il faut éviter de dissocier totalement le travail physique du rugby. Les deux sont complémentaires et il faut garder à l'esprit que l'on fait tout ca pour devenir un meilleur joueur.


  • Les durées des phases peuvent varier selon la durée totale de la pré saison. Dans un idéal:

    • Phase 1: 2-3 semaine

    • Phase 2: 6-7 semaines

    • Phase 3: 2-3 semaines


  • Essayer de programmer le développement physique en fonction du développement rugby en terme de journée et de contenu.

    • La qualité des séances en dépendra


  • Il n'y a pas de recette pré-établie, tout est fonction du profil des joueurs, de la temporalité et des besoins de l'équipe.

  • cependant, la logique de construction des charges et du développement des qualités physiques et rugby doit rester cohérente


  • Viser le K.I.S.S (Keep it simple stupid) = simple et efficace!


Bon entrainement à tous @Rugbyconditioning.




Posts récents

Voir tout

Comments


bourquin nutrition.png

 Partenaire nutrition - BOURQUIN NUTRITION

10% de réduction pour la Première commande 

Code Promo: RugbyC10

 Partenaire Performance - CATAPLUT

Tarifs préférentiels en personnel et équipe

RDV code promo Espace personnel ou par mail

296407334_1484835881959675_4077208836268605629_n_edited.jpg
bottom of page